Château de Boucéel

Chambres d'hôtes et Gîtes de charme

Blason Chateau de Bouceel

Historique

Le domaine de Boucéel remonte au début du XIIème siècle. Il avait été attribué à la famille Pigace par Richard III duc de Normandie, 4 familles s’y sont succédées depuis dont ma famille. Le château actuel est Inscrit aux Monuments Historiques, construit en 1763. C’est le troisième château sur le domaine. Le second était une grande Commanderie Templière carrée à 4 tours et une étape pour les pèlerins qui se rendaient au Mont Saint Michel au Moyen Age. C’est une grande Malouinière à fronton galbé au Nord et à prisme au Sud avec deux ailes en contrebas qui lui donnent un vaste déploiement.

Cliquer pour découvrir le parcEn 1434, à la fin de la Guerre de Cent ans, la famille Pigace donna 3 défenseurs au siège du Mont Saint Michel sur les 119 qui ont participé à la défense victorieuse du Mont contre les Anglais. Pendant la Révolution Française, le marquis de Montécot avait « officiellement » émigré, même si nous n’avons pas de preuve qu’il l’ait fait ! Son épouse demanda très intelligemment le « divorce » en 1792 pour devenir la seule propriétaire du Domaine et éviter ainsi la confiscation de leurs biens (A cette période l’Etat confisquait les biens des émigrés).

Durant ce temps là, il y eut de très violents combats entre l’armée Républicaine « les Bleus » et les Chouans. Lors d’un combat gagné par les Bleus, ces derniers vidèrent et brûlèrent tout ce qui se trouvait à l’intérieur du château sauf un portrait, celui de la Marquise, portrait qui se trouve toujours dans sa chambre et un livre Terrier toujours aussi à Boucéel. Le feu dura 3 jours. Le marquis, devenu colonel dans l’armée des Chouans se cacha pendant des années dans le château.

Durant le Consulat la marquise fit un procès à l’Etat demandant réparation et dédommagement de ses biens brûlés pendant la Révolution. Elle gagna son procès. Nous avons les minutes du procès et nous savons donc ainsi tout ce qui a été brûlé.

Lors de la 2ème Guerre Mondiale, le château a été occupé par des officiers de la Wermacht durant l’été 1940 et y sont restés que quelques mois car le château n’avait pas alors l’électricité. Mon père, Arnaud de Roquefeuil, à son retour de captivité en 1940, participa à la Résistance dans le réseau Libération Nord. Il fut arrêté à Boucéel le 10 juillet 1944 et emmené en déportation vers le camp de Buchenwald. Il eut la chance de ne pas y arriver car les voies ferrées furent détruites par l’aviation Anglaise au pont de la Chapelette prés de Péronne.

Après sa mort, Nicole et moi avons ouvert le château à des hôtes. Les chambres portent le nom des personnes de la famille qui y ont séjourné et leurs portraits se mêlent harmonieusement à la nouvelle vie de cette maison où ils ont vécu.